Pourquoi est-il important de protéger sa maison des cambriolages ?

Chaque année, le ministère de l’Intérieur publie le rapport d’enquête « Cadre de vie et sécurité ». Une partie est consacrée aux cambriolages et tentatives de cambriolages des résidences principales *. Les chiffres communiqués soulignent l’importance d’installer des dispositifs de dissuasion et de sécurité comme la télésurveillance pour rendre difficile voire impossible la tâche des cambrioleurs.

Les cambriolages en 2018

D’après les données indiquées dans le rapport d’enquête, ce sont près de 490 000 foyers qui ont déclaré avoir été victimes d’un cambriolage ou d’une tentative en 2018. Ce nombre concerne uniquement les déclarations pour les résidences principales. Il équivaut à 1,7 % de l’ensemble des ménages de France métropolitaine. Par rapport à 2017, ce sont 79 000 déclarations de moins.

Dans quelles conditions ?

La majorité des cambriolages ou tentatives ont des similitudes. Il faut savoir par exemple que c’est par la porte qu’essaient d’entrer les cambrioleurs la plupart du temps. Le rapport précise en effet, qu’en moyenne entre 2016 et 2018, ce sont 64% des ménages victimes d’un cambriolage qui ont constaté qu’une de leurs portes a été forcée ou a été tentée d’être forcée. Lorsqu’il y a eu le vol d’objets personnels au cours du cambriolage, les ménages indiquent pour 28% d’entre eux qu’il y a eu une fenêtre forcée. Pour se protéger des cambriolages, il est primordial d’avoir des portes et fenêtres en bon état.

Quand ont eu lieu les cambriolages ?

Deux tiers des ménages victimes sont vides au moment des faits. Ils sont temporairement inhabités ou occupés mais vides au moment de l’intrusion. Dans le tiers restant, il y a au moins une personne du ménage présente lorsque les cambrioleurs opèrent. Concernant la période de l’année durant laquelle les cambriolages ou les tentatives se déroulent, l’été est la saison qui concentre le plus de cambriolages. En moyenne entre 2016 et 2018, les faits se sont déroulés en juin, en juillet ou en août pour 29% des ménages victimes.

Sécurisez votre habitation grâce à la télésurveillance et à un système d’alarme fiable inclus dans l’offre Maison Protégée d’Orange. Bénéficiez d’une offre sans engagement et au meilleur prix pour la protection de votre logement.

Quelles sont les principales conséquences ?

Lorsqu’un ménage est victime d’un cambriolage en France métropolitaine qui a abouti, il ne peut que constater le vol de certains de ses biens. Parfois, il peut aussi découvrir en plus certaines dégradations dans son intérieur.

Des objets et sommes d’argents volés

Lorsque les cambriolages vont à leur terme, ce sont les bijoux qui sont en grande partie volés pour 45% des ménages victimes de ces faits (sur une moyenne entre 2016 et 2018). Les biens qui complètent le podium des objets les plus fréquemment volés sont les moyens de paiement (argent liquide, chèque, carte bancaire) et le matériel informatique. Les objets volés se trouvaient principalement dans le logement lui-même (65% des cas entre 2016 et 2018).

Des dégradations

Parce qu’il y a eu effraction pour rentrer et/ou fouille pour trouver des biens à voler, les ménages victimes de cambriolage doivent généralement gérer des dégradations en plus. Ce sont en moyenne 70% d’entre eux qui déclarent en avoir subi sur la période 2016-2018. Lorsque les cambrioleurs sont stoppés avant le vol de biens, les dégradations sont moins nombreuses (47%) et moins coûteuses. Alors que lorsqu’il y a vol, le montant moyen est de 1 040€, il est moins élevé lors d’une tentative de cambriolage puisqu’il s’élève à 670€ en moyenne.

Rappel : un cambriolage correspond juridiquement au vol d’un bien ou d’une somme d’argent où il y a eu effraction, usage de fausses clés ou escalade de l’habitation ou du local. Une tentative de cambriolage – où il n’y a pas eu de vol – est une infraction considérée par la justice comme un cambriolage « abouti ».

* Toutes les données présentées dans cet article sont issues du rapport d’enquête « Cadre de vie et sécurité » publié par ministère de l’Intérieur.
Lire le rapport