Page 13 - Catalogue octobre-novembre 2019 - Orange
P. 13

La rencontre

          dans l’exercice de ce métier, à une                              « Ce que j’essaie de faire contre mes
                                                                           propres fantasmes, c’est l’apologie
          certaine passion artisanale », dit-il
 Nicolas Bedos  en citant le travail de réalisateur de                     du vécu, de nos histoires d’amour,
                                                                           de savoir se redonner une chance,
          Guillaume Canet et un hommage
                                                                           d’honorer ou tuer certaines périodes
          à un corps de métiers qui a bercé
 une déclaration    son enfance.                                           de sa vie », confie-t-il. « Je me suis dit :
                                                                           on croira au scénario si Daniel Auteuil
          La nostalgie d’un passé révolu ne
                                                                           y croit. » Daniel Auteuil, l’homme,
          naît pas tant d’une critique du temps
                                                                           y a cru en parcourant avec émotion
 au cinéma, à l’amour    présent que d’une interrogation                   la reconstitution d’un café lyonnais de
          presque philosophique sur la durée,
                                                                           1974, « en regardant les téléphones
          des relations amoureuses notamment.
                                                                           d’époque, ou lisant le menu que j’avais
 et à la vie dans    Certes Nicolas Bedos pressent que                     écrit moi-même à la craie ».
          l’ « on accédera peut-être à un moment
          à une overdose de fiction, visuelle,
                                                                           Tout pour Nicolas Bedos, qui avoue
 La Belle Époque  auditive » à disposition permanente                      une impatience naturelle et une
                                                                           difficulté à se satisfaire de la vie, passe
          sur nos smartphones, via des
                                                                           par l’émotion et le rire : « J’aime quand
          applications et jeux. C’est
          ainsi que l’on voit « un retour                                  le cinéma se joue de moi. À quel
          au charnel, au désir, à                                          moment cela a du charme, quand
 «  noubliable. » Le scénariste et   Le scénario voit Victor   l’expérience de sensoriel   est-ce que je vais trop loin ? Mais je
                                                                           veux m’amuser et j’aime quand je peux
          immédiat ».
 réalisateur, en vacances en   (Daniel Auteuil superbe),                   me dire : ils vont vivre des trucs. »
 Corse, conserve une émotion   désenchanté de son   Plus qu’une exploration   Paradoxalement, le truchement du
 intacte dans la voix en se   présent, méprisé par   nostalgique du « c’était   scénario et de la caméra permet
 I remémorant sa montée des   son épouse (Fanny   mieux avant », Nicolas   à Nicolas Bedos de se dévoiler :
 marches et la magie de Cannes.  Ardant, sublime et   Bedos nous invite à croire,   « Si je suis totalement dans le récit non
 parfois cruelle), saisir l’opportunité de   au-delà même de ce que
 « C’était important, très puissant,   revisiter un jour du passé en mai 1974,   marches qui emmènent "  aux marches ",   l’on voit, croire au cinéma   autobiographique, je m’ennuie parce
 parce que tout se mêle, le temps   celui où il rencontre l’amour de sa vie.   c’est un petit chemin buissonnier   auquel il rend hommage, en   que je suis totalement déconnecté de
 de cette montée des marches, le   C’est un jeune entrepreneur parfois   escarpé, étrange », insiste le cinéaste   l’amour romantique, et sans   mon vécu, de mes peurs, de mes
 temps du film observé par une grande   excessif, Antoine (Guillaume Canet   qui souligne avec humour les années   doute, en filigrane, en soi,   bonheurs. Je fais une cuisine avec mes
 partie de la profession, par des gens   « remarquable »), qui orchestre cette   de travail qui l’ont conduit à Cannes.   © Julien Panié © 2019 - Les Films du Kiosque - Pathé Films - Orange Studio  quel que soit le chemin. Et ce non pas   expériences, avec mes ex et c’est ce
 que l’on admire, par des membres de    remontée dans le temps tel un   Nicolas Bedos a toujours voulu faire    dans une célébration permanente du   qui me permet de tenir des mois et des
 la famille. Les deux heures en question   « démiurge » qui confie le rôle   du cinéma, il est « allé chercher la   présent, mais bien dans une   mois à la tête de ce bateau. C’est long
 sont terrorisantes et jubilatoires quand   d’amoureuse de 1974 à son propre   notoriété à la télévision comme on va   appréciation des différentes étapes de   un film, il faut le financer, le découper.
 elles se terminent très bien », confie   grand amour tempétueux Marion (Doria   chercher des diplômes pour pouvoir   nos vies, comme ce long et tortueux   Si je n’accroche pas le film à quelque
 Nicolas Bedos. Son second long   Tillier, sa compagne). Sous ce casting   faire du cinéma ». Plus tard, il a fait   chemin qui les a menés, lui et ses   chose de fondamental pour moi, je ne
 métrage La Belle Époque, présenté   de rêve, la curiosité de deux monstres   partie « d’une clique un peu tête à   acteurs, aux marches de Cannes. Entre   trouve pas l’énergie nécessaire pour
 hors compétition à Cannes, a reçu    sacrés Fanny Ardant – le rôle a été écrit   claque, qui regardait des films toute la   lucidité et enchantement.  créer. » « C’est un métier où l’on tombe
 une standing ovation de 8 minutes    « pour elle » – et Daniel Auteuil,   nuit – Reservoir Dogs ou Breaking the   amoureux de ses actrices, le metteur
 et demie… des minutes d’éternité et   « curieux de voir en cinéma » ce que   Waves – au ralenti, scène par scène ».   en scène devient fou d’amour et de
 d’accomplissement d’un rêve.                                              jalousie, il se fait battre le cœur »,
 Nicolas Bedos proposait à la télévision.  Cet amour du cinéma, on le retrouve   confie-t-il.
 « Une très, très, très longue standing   « Ce n’est pas une cooptation   comme un fil rouge dans La Belle
 ovation… Quand tout le monde s’est   soudaine, ce sont plusieurs petites   Époque, « avec des références qui   La Belle Époque est un film rapide,
 levé, j’ai compris qu’il se passait   n’ont pas beaucoup de frontières ».  dense, entre pièce de théâtre classique,
 quelque chose », partage le scénariste   « Inconsciemment, j’essaie de faire un   fresque du cinéma et comédie qui se
 et réalisateur. « Avant on ne peut pas   « Ce que j’essaie    cinéma sans caste, un cinéma que   joue de nos émotions et met en abîme
 entendre l’émotion des gens, on se dit :   de faire contre mes   j’aime. Je n’ai que mon émotion et    le réel. Nicolas Bedos nous entraîne
 si ça se trouve ils sont consternés ».  propres fantasmes,   mon goût pour une certaine pudeur.   Victor voit sa vie bouleversée le jour    avec ses personnages dans un monde
 Nicolas Bedos a la modestie de    c’est l’apologie du   J’aime le cinéma qui manie l’humour    où Antoine, un brillant entrepreneur,    artificiel authentique et ré-enchante
                                                                           notre quotidien d’une nostalgie pour
 sa gouaille, et sans doute parfois   et l’émotion avec une recherche   lui propose une attraction d’un genre   notre propre vie.
       nouveau : mélangeant artifices
 l’arrogance de sa sensibilité. La Belle   vécu, de nos histoires   d’élégance, aussi bien un hollywoodien   théâtraux et reconstitution historique,
 Époque lui a valu des articles dans   d’amour, de savoir    qu’un italien des années 50 ou que   cette entreprise propose à ses clients
         © Julien Panie
 « des magazines feuilletés par Quentin   se redonner une   Truffaut et donc… Fanny Ardant »,   de replonger dans l’époque de leur   La Belle Époque est une
 Tarantino » et un appel « incroyable »   confie-t-il. « Mon cinéma essaie de   choix. Victor choisit 1974.  coproduction Orange Studio,
 d’une star qu’il n’ose pas nommer.    chance. »  rendre hommage à un certain sérieux   en salles le 6 novembre.

 12                                                                                                     13
   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18